Comité de mobilisation “CSDB-PSH”

Grand Montréal

Elizabeth QuesnelElizabeth Quesnel, 27 ans

J’ai une paralysie cérébrale et j’étudie en secrétariat. Comme je suis déjà impliquée dans plusieurs projets sur l’inclusion des personnes handicapées, ma participation à ce comité va de soi pour moi. C’est dans la poursuite de ma mission de vie, celle de contribuer à changer la perception des gens sur notre réalité et faire évoluer le regard de notre société envers nous.

 

FatiFati, 40 ans

Je suis une personne très dynamique et ambitieuse. Depuis mon arrivée au Canada en 2005, je n’ai pas arrêté de faire des progrès sur le côté personnel et professionnel, mais je ne réalisais pas è quel point une condition de santé peut être un obstacle. À l’obtention de mon Bac en finance, j’ai eu un poste de conseillère à la Banque Laurentienne après quelques jours, mon corps a commencé à réagir d’une manière très bizarre.

J’ai constaté que j’ai des limitations physiques et que je dois m’adapter avec cette situation, j’ai essayé beaucoup de techniques et des remèdes et j’ai développé un rythme de vie propre à moi. J’aimerai partager mon expérience avec vous et pouvoir aider, conseiller d’autres personnes souffrant de la même chose que moi.

 

Sylvain Gamache, 65 ans

Je suis paraplégique depuis 1983, avec une lésion à la moelle épinière, au niveau lombaire 1 et une déchirure jusqu’à dorsale 10.

J’ai fait les études suivantes : AEC conseiller en valeurs mobilières au cégep Maisonneuve, AEC Réseau et sécurité informatique au cégep Lionel-Groulx et un Certificat en Cybersécurité des réseaux à Polytechnique. J’ai occupé divers emplois, dont plusieurs, dans le milieu communautaire. Depuis mon accident, je me suis impliqué, bénévolement, auprès de divers organismes, pour la mobilisation et la revendication des droits des personnes ayant une déficience.

Plusieurs facettes de l’accessibilité universelle me dérangent encore aujourd’hui, notamment : l’accès à l’emploi, la Régie des rentes du Québec, l’accessibilité en général, etc. C’est un plaisir, pour moi, de me joindre à votre groupe. J’espère que nous pourrons innover dans la façon de nous mobiliser et revendiquer, afin d’améliorer la qualité de vie des personnes vivant avec une déficience.

 

Hafsa ChaarHafsa Chaar 61 ans

J’ai la Spina Bifida de naissance. Je voudrais m’impliquer dans ce comité afin d’aider à faire avancer les dossiers des droits des personnes en situation de handicap / personnes ayant une déficience motrice et de mitiger les difficultés qui se présentent pour contrarier cet avancement.

 

MaudeMaude, 29 ans

J’ai une paralysie cérébrale due à un accident à la naissance. Ma motivation à m’investir dans ce comité est née par un combat que je mène depuis mes 23 ans suite à la co-fondation de mon organisme DéfPhys Sans Limite. Je souhaite obtenir une allocation pour pouvoir engager des accompagnateurs pour nos activités en dehors de notre domicile pour les personnes ayant une imitation motrice qui souhaitent mener une vie active. Militante convaincue et travailleuse engagée, je contribue activement pour que les personnes en situation de handicap deviennent des personnes à part entière.

 

Marie Julie DionMarie Julie Dion, jeune cinquantaine

Blessée médullaire L-1 depuis 2010, je suis une professionnelle, une universitaire et une mère. Je suis passionnée de chiffres, de finance et de psychologie et je suis en perpétuelle quête d’apprentissage. Mon regard est aujourd’hui  teinté de sagesse, de quiétude et d’épanouissement et je souhaite soupeser certains maux en mots afin de sensibiliser « notre » cause à la belle province.

 

RobertRobert, 62 ans

Je suis paralysé des seins aux orteils depuis que je me suis fait opérer pour des kystes sur le cervelet, dont un sur la moelle épinière. J’ai donc une lésion entre le C4 et C5, je me déplace en fauteuil roulant électrique puisque je n’ai aucun équilibre. Pour moi, se déplacer c’est impératif. Je fais partie de 13 comités différents et par mon expérience et mes connaissances, je pense que je suis un atout de bonne importance. Je fais partie entre autres du comité d’experts des CHSLD du Québec, des maisons alternatives du Québec et de Rivière-des-Prairies.

Abitibi-Témiscamingue

Dominic Piché

Dominic Piché, 39 ans

Je suis tétraplégique suite à un accident de la route survenu en 2006. Je veux m’impliquer dans ce comité pour contribuer à faire la différence pour les personnes blessées médullaires du Québec, et principalement dans ma belle région de l’Abitibi-Témiscamingue. Je souhaite notamment favoriser l’accessibilité aux soins et la participation dans la communauté.

Outaouais

ChristineChristine, 50 ans et plus

Je suis une personne en situation de handicap physique. Ma motivation à m’investir dans ce comité vient de plus de 30 ans à revendiquer de gouvernement en gouvernement pour le “droit d’égal accès” à la reconnaissance socio-économique ; tel qu’à un revenu décent, à des prestations d’invalidité et de retraite équitables sans pénalités, à un manque flagrant de stationnements réservés et respectés, aux principes d’accessibilité universelle qui doivent être mis en place et bien d’autres. Nous avons tous un rôle à jouer où que l’on soit dans la société.  C’est ensemble que l’on provoque les changements.  Les luttes qui se gagnent sont celles que l’on n’abandonne pas.

Saguenay – Lac-Saint-Jean

Samuel

Samuel, 28 ans

Je suis tétraplégique depuis 8 ans. Les raisons qui m’amènent à me mobiliser pour la justice des personnes ayant une déficience physique sont l’accessibilité universelle, les enjeux politiques et légaux ainsi que les droits associés aux soins de santé. Toutefois, je crois que mes forces seront plus mises à profit lors de réflexion que de l’action.

Estrie

Valérie GuimondValérie Guimond, 47ans

Je suis paraplégique suite à une blessure à la moelle épinière causée pas un accident d’automobile. Ma motivation à m’investir dans ce comité est née de par une grande motivation à rendre la vie meilleure aux blessés médullaires et à leur permettre de vivre une vie à la hauteur de leurs attentes. Depuis toujours, je suis une fervente défenderesse des droits pour les personnes handicapées à tous les niveaux, sports, travail, famille, loisirs et autonomie financière.

Chaudière-Appalaches

Éric Hébert

Éric Hébert, 57 ans

J’ai eu un accident de saut en ski en 1982 à l’âge de 17 ans. Depuis je me déplace en fauteuil roulant à cause de ma paraplégie au niveau D4-D5.

 Je suis retraité depuis 2014. J’ai travaillé près de 30 ans au Fédéral à Ottawa comme technicien en architecture et expert en accessibilité.  J’ai été impliqué dans toutes les résidences officielles telles que la maison du premier ministre. Ma spécialité était l’accessibilité. J’ai fait plusieurs plans, rapports et corrections des plans sur ce sujet.  Aussi j’ai siégé sur plusieurs comités interministériels sur le même sujet, et j’ai été conférencier sur le plan international et national.

Je veux participer au Comité afin d’aider aux revendications des participants aussi que pour m’aider à défendre les droits de la personne auprès des organismes ci-haut mentionnés. On doit se mobiliser avec d’autres associations tel que les aînés, les familles qui ont de jeunes enfants, ceux qui ont des maladies, etc. N’oublions pas que la plupart de nos revendications sont par rapport à l’accessibilité. 

Montérégie

Marie-Chantale

Marie-Chantale, 45 ans 

Je suis avocate (qui ne pratique malheureusement plus depuis mon accident) devenue tétraplégique complète (C4-C5-C6) lors d’une baignade dans l’océan en Californie en 2015. J’ai l’impression de me battre tous les jours pour faire valoir mes droits et besoins, que ce soit pour mes soins, le transport adapté, les adaptations domiciliaires, mon droit de vote, mon accessibilité à un bâtiment, le refus de couverture des programmes gouvernementaux pour du matériel ou des équipements médicaux associés à ma condition, l’absence de suivi après la réadaptation, etc. De plus, il y a tant d’iniquités et disparités de traitements dépendamment de l’agent payeur associé à la source de notre accident que ça en devient fâchant, particulièrement  lorsque notre accident est uniquement couvert par la RAMQ. Je souhaiterais tellement que le traitement soit identique indépendamment de la source de notre accident. 

Lorsque Mémo Québec m’a approchée pour faire partie du comité, j’étais bien contente puisque les buts et valeurs du comité concordent avec les miens et avec ma réalité. Je souhaite que ma participation au comité permette à plusieurs de bénéficier de mon expérience et des gains que j’ai pu obtenir à force de me battre contre le système. Au plaisir de faire avancer les choses au profit de l’ensemble des blessés médullaires.